LEXIQUE


Qui dit innovation dit aussi nouveau vocabulaire. Voici ici un condensé non exhaustif de ces nouveaux mots avec leur définition.

Auto-partage

Utilisation commune d’une voiture par plusieurs usagers. Les véhicules, en libre service 24h/24 et 7j/7, sont gérés par un opérateur qui les met à disposition de ses adhérents pour des trajets courts, généralement urbains.

Les exemples les plus connus sont AutoLib à Paris ou BlueLy à Lyon.

Co-living

Nouvelle forme de colocation, motivée non pas par des motifs financiers mais par une envie de vivre en commun avec des personnens partageant les mêmes affinités pour une activité (entrepreneuriat, l’environnement, l’art…). 
Réunies sur le site embassynetwork.com, certaines de ces « communautés » ainsi formées réservent une ou plusieurs chambres pour des vistiteurs occasionnels et les proposent en chambres. 

On parle aussi de Co-living pour les immeubles qui associent espaces de co-working et lieux de vie et d’habitation.  L’entreprise américaine Wework est pour l’instant la seule à développer ce nouveau type de programme, en l’occurence à Washington et à San Francisco. 

Co-trading

Sur le même principe que le co-working, un espace de co-trading est un lieu partagé entre plusieurs commerçants pour exercer leur activité. Il ne s’agit pas d’un centre commercial géré par une société d’exploitation qui loue des emplacements, mais bien d’une forme de collocation de commerces.

Co-voiturage

Utilisation commune par plusieurs particuliers d’une même voiture sur un trajet prédéfini dans le but de partager les frais de transport et de limiter la circulation.

Co-working

Partage d’un espace de travail favorisant les échanges et la création d’un réseau commun entre ses occupants, qu’il soient freelances, entrepreneurs ou salariés. 

Crowdfunding

En français: financement par la foule ou financement participatif.

C’est un mode de financement qui permet à un porteur de projet de récolter des fonds auprès de particuliers. Chacun investi un petit montant, ce qui limite la prise de risque. Le succès d’une telle levée de fonds dépend donc du nombre de financeurs. Il peut s’agir d’un prêt, d’un don ou d’une prise de participation dans l’entreprise financée.

 

Crowdsourcing

Production par la foule pour la foule. L’exemple type, c’est Wikipedia. Chacun peut y contribuer en partageant gratuitement ses savoirs. Basé sur le partage et l’échange le crowdsourcing permet à chacun de mettre à profit ses compétences pour le développement d’un projet commun.

Do-ocracie

Modèle d’organisation fonctionnant à la confiance et à la responsabilisation. Chacun s’assigne sa propre tâche et l’exécute. Il n’y a pas de management à proprement parler, chaque individu ayant le pouvoir sur ce qu’il fait. Ce type de fonctionnement favorise l’implication et la prise d’initiatives.

Economie circulaire

Modèle de production et de consommation basé sur l’optimisation des ressources et la limitation des déchets. Rien de se perd, tout se transforme!

 

Economie collaborative

L’économie collaborative repose sur 5 piliers:

– la consommation collaborative: la consommation ne dépend plus uniquement d’un achat, elle peut aussi se faire sur la base d’un emprunt, d’un don ou d’une location.

– la finance collaborative: les particuliers investissent directement dans l’économie réelle en finançant des projets entrepreneuriaux, sociaux ou artistiques. (crowdunfing ou prêt entre particulier par exemple).

– Gouvernance horizontale: implication et participation de chaque membre d’une organisation, quelque soit son poste, au processus de décision.

– Conception ouverte et fabrication distribuée: les savoirs et savoir-faires sont libres, les outils de fabrication sont accessible à tous.

– Connaissance ouverte: les informations type données, codes ou programmes sont utilisables librement. Exemple: les logiciels libres

 

Source: Ouishare, communauté dédiée à l’émergence d’une société collaborative – www.ouishare.net

Fablab

Le nom « fablab » vient de « fabrication laboratory » dont la traduction littérale serait « laboratoire de fabrication ». Il s’agit d’un espace ouvert à tous et qui met à disposition de chacun des outils de fabrication type imprimante 3D, découpe laser et autres machines outils.

S’adressant aussi bien au particulier qu’au professionnel, il permet à tous ceux qui ont une idée créative de la concrétiser en créant un prototype. Lieu de rencontre, le fablab est aussi le terreau idéal pour la création collaborative, chacun échangeant sur les projets des uns et des autres.

Makers

Les makers (en français « ceux qui fabriquent ») sont des passionnées d’high tech et d’impression 3D. Ils utilisent les technologies numériques pour innover et fabriquer eux-mêmes des objets.

Miniaturisation de l'économie

Phénomène exactement à l’opposée de la tendance « Big is Beautiful » des années 90s. A cette époque on vantait les mérites des très grandes organisations qui permettaient d’importantes économies d’échelle (multinationales, hypermarchés…). Désormais la tendance est au petit: circuits courts, artisanat, agriculture faite de petites exploitations bio…

Open Source

Les logiciels et technologies « open source » sont libre de droits. Ils sont accessibles et modifiables, donc améliorables, par tous.

Exemple dans l’industrie automobile, la voiture électrique est un enjeu énorme. L’un des gros freins actuels à son développement est la durée d’utilisation des batteries, pour l’instant très limitée. Le constructeur Tesla Motors a pris la décision de renoncer à tous ses brevets concernant le développement de sa batterie électrique. Toute sa technologie est donc en open source, accessible à tous. Toutes les startups du monde peuvent donc travailler sur l’innovation et l’amélioration du produit. L’avantage est double: l’innovation devient plus rapide, plus efficace et les batteries Tesla, reproductibles gratuitement, ont toutes leurs chances de devenir les standards du secteur.

Peer to Peer

Type de connexion réseau par laquelle deux ordinateurs communiquent directement et « d’égal à égal », à l’opposé des relations « maître-esclave » entre un ordinateur et un seveur informatique central. Ce type de connexion permet à des millions d’internautes de partager directement leurs fichiers stockés sur le disque dut de leur machine. Avec l’émergence du web 2.0 la philosophie « P2P » a pris une dimension incontournable. Cette notion s’étant aujourd’hui bien au-delà de la sphère numérique et imprègne une nouvelle génération de travailleurs.

Plug and Play

« Plug and Play » signifie « connecte et joue » ou « branche et utilise ». Il s’agit d’une procédure informatique permettant aux matériels et logiciels d’être reconnus rapidement et automatiquement par l’ordinateur, dès le branchement et sans redémarrage de l’appareil.

Cette notion de « plug and play » est peu à peu passée dans le language courant pour caractériser un élément flexible, connecté, modulable, ludique et qui se partage.

Slasher

Il s’agit d’une nouvelle catégorie de travailleurs apparue suite à la crise des subprimes et au chômage de masse aux Etats-Unis. Dans l’ensemble du monde occidental, ce segment de travailleurs est celui qui connaît la plus forte croissance. « Slash correspond au symbole « diviser » sur un clavier d’ordinateur: /.

Ce terme a été utilisé poru la 1ère fois en 2007 par Marci Alboher, sociologue, pour décrirer les « / » de plus en plus utilisés par les jeunes travailleurs pour décrire leur métier. Exemple: Pierre est entrepreneur/consultant/photographe/blogueur.

De très nombreuses études sont publiées sur ce domaine. Leurs conclusions sont identiques: le slasher pourrait devenir le travailleur du futur.

Usine collaborative

L’usine collaborative est un fablab à une autre échelle. Alors qu’un fablab n’a pas de modèle économique et qu’il reste financé par une ville, une université ou une association, l’usine collaborative est privée. 

Le plus célèbre d’entre eux est Techshop au Etats-Unis, dont Leroy Merlin vient d’acheter la license pour la France.

TechShop

Walkable city

Ville favorisant les modes de transports doux: marche, vélo etc… Les avantages sont nombreux: meilleure santé, moins de dépenses (essence, entretien de la voiture), plus de temps libre (car moins de temps perdu dans les embouteillages) pour les habitants, développement de l’économie locale et forte attractivité du territoire.

 

Zero Waste

Association qui promeut une démarche positive pour aller vers une société zéro gaspillage et zéro déchet.

www.zerowastefrance.org/fr