innovation

Décloisonner, transgresser, désobéir

De l’importance de savoir sortir du cadre pour innover, inventer et faire avancer le monde! Voici la master class de Cédric Villani dans le cadre du Forum Une Époque Formidable (forum tellement passionnant que nous vous en avons récemment proposé un compte-rendu). Le chercheur, médaille Fields 2010, revient sur toutes les transgressions ou désobéissances qui ont permis de faire avancer la science.

Une époque formidable

Une époque formidable… C’était le titre de la conférence organisée par la Tribune et Acteurs de l’Economie ce lundi 21 novembre à Lyon. Durant toute la journée, des intervenants tels que Axel Kahn, Pierre Rabhi, Eric Dupond-Moretti ou Cédric Villani se sont succédés pour partager leur vision du monde actuel et futur. (suite…)

Biomimétisme: le progrès par la nature

« Scrute la nature, c’est là qu’est ton futur » disait Léonard de Vinci. L’homme était visionnaire, puisque qu’aujourd’hui plus que jamais ce précepte prend tout son sens. Jusqu’à présent notre monde s’est construit sur une opposition permanente entre croissance et nature, la première se faisant forcément au détriment de la seconde. Un conflit d’intérêt qui n’a plus lieu d’être avec le biomimétisme, un domaine qui intéresse de plus en plus les chercheurs et les industriels. (suite…)

Réinventer l’école, une idée folle?

Dans 20 ans, un tiers des métiers d’aujourd’hui auront disparu, victimes de la robotisation ou tout simplement devenus obsolètes. En parallèle évidemment de nouveaux métiers verront le jour, certains que nous pouvons plus ou moins imaginer, d’autres que nous sommes incapable de prévoir. Dans ces conditions, l’ école ne peut plus se targuer de former les adultes de demain à leur futur métier. A l’heure où nous pouvons tous nous former seuls et souvent gratuitement, et alors que le savoir est accessible partout, quel est le rôle de l’école et comment peut-elle évoluer ? (suite…)

L’école ouverte sur le monde

Voici une école qui risque de faire détester les vacances: la Fuji Kindergarten de Tokyo. Partant du principe qu’il n’est pas naturel pour les enfants de rester calmes et silencieux, l’architecte Takaharu Tezuka leur a imaginé une école à leur mesure, qui laisse libre court à leur soif d’exploration et de jeux. La cour de récréation est située sur le toit, les classes ne sont pas séparées par des cloisons mais par des caissons en bois modulables et déplaçables à l’envie et le bâtiment de forme ovale entoure un vaste espace vert. Le résultat, ce sont des écoliers en pleine forme (qui parcourent en moyenne 4km par jour rien qu’en jouant). Laisser les enfants libres de courir, tomber, s’entraider, c’est ça l’école de la vie! C’est en tout cas une bonne source d’inspiration pour dépoussiérer notre système éducatif.

Bienvenue à Transpolis

D’ici 2018, une ville-laboratoire devrait voir le jour pour y tester  grandeur nature toutes les innovations en terme de mobilité urbaine. S’étalant sur 80 hectares et située non loin de l’agglomération lyonnaise, Transpolis sera le lieu d’expérimentation idéal pour inventer la ville du futur.

La mobilité urbaine, un enjeu de taille

En 2050, 70% de la population mondiale habitera en ville. C’est dire l’importance à venir de la mobilité, au sens large du terme. Partout dans le monde, les agglomérations devront faire face à des problématiques liées à la pollution, à la congestion des réseaux de transport mais aussi au vieillissement de la population.

Nos sociétés sont à l’aube de mutations majeures: le monde du travail est en pleine ré-organisation, notre rapport au temps change grâce aux nouvelles technologies et notre besoin d’équilibrer vie pro et vie perso se fait de plus en plus pressant. L’environnement prend également une place capitale, et l’utilisation systématique de la voiture devient presque obsolète. Partout, les infrastructures de transport ont pris du retard dans leur développement et ne sont plus toujours adaptées aux besoins de la population. Les villes n’auront bientôt pas d’autre choix que d’accompagner cette transformation. Mieux, elles devront l’encourager, sous peine de devenir invivables.

Transpolis permettra d’expérimenter à taille réelle des innovations telles que les voitures autonomes et connectées, la gestion dynamique des parkings ou la gestion des flux urbains. La ville-laboratoire considère la mobilité au sens large du terme, car elle compte aussi s’intéresser aux éclairages urbains, aux stations de recharges multi énergie… Bref, tout ce qui rendra la ville du futur plus dynamique et « intelligente ».

 

Transpolis, un projet unique

Cocorico les amis! Avec ce projet d’une envergure inédite en Europe, la France et la région Rhône-Alpes en particulier se positionnent à la pointe de l’innovation en matière de Smartcity et de mobilité urbaine, un secteur hautement stratégique et en plein développement.  Avec un budget  total de 20 millions d’euros, Transpolis a pour objectif d’associer acteurs publics et privés pour développer des solutions durables et inventer les nouveaux modèles économiques qui viendront les soutenir.

Ainsi la particularité de Transpolis, c’est que le site permettra d’aborder chaque problématique de manière systémique, c’est à dire en considérant l’environnement urbain comme un tout, un ensemble cohérent et indissociable. Les collectivités et pouvoirs publics seront alors régulièrement conviés à venir y découvrir les dernières innovations.

C’est donc logiquement que la région, le Grand Lyon et le département ont  participé au financement de ce projet. L’objectif affiché est de créer un pôle technologique majeur et de voir se développer autour de Transpolis un réseau de startups et d’entreprises. Il s’agit donc aussi d’un projet industriel capital pour le territoire.