WeLab

2 minutes

L’art de se faire le mur

En terme de culture, le street art est peut-être la discipline la plus en adéquation avec l’économie du partage. Accessible à tous, gratuitement, le street art transforme les murs de nos villes en toiles de maîtres. Parmi ces artistes, l’un d’eux permet aux oeuvres de faire le mur, dans tous les sens du terme. 

Du street art collaboratif

Julien de Casabianca a lancé Outings Project en 2014. Le principe? Libérer les oeuvres classiques oubliées, les sortir du carcan des musées afin de les rendre accessibles à tous. Pour cela, rien de plus simple. Il déniche d’abord un oeuvre “solitaire”, celleque l’on délaisse au profit des toiles majeures du musée. Il en photographie le personnage principal avec son smartphone. Puis il fait imprimer cette photo en grand, très grand et y découpe la silhouette du personnage. Enfin, il colle le cliché sur le mur décrépi d’une rue.

Esthétique, poétique et tendrement décalé, son travail s’étale maintenant sur les murs du monde entier. Et la démarche de Julien de Casabianca va plus loin que sa simple expression personnelle. Partout, il invite les citoyens à se joindre à ce mouvement, devenu largement collaboratif. Vous avez un smartphone et une paire de ciseaux? Alors vous aussi vous pouvez en être! sur son site, l’artiste explique le process à suivre, comment bien prendre la photo, les dimensions etc etc. Mieux il propose d’imprimer lui-même le personnage avec le papier et l’encre appropriés (pour une somme bien raisonnable,8€ d’impression et 20€ de frais d’envoi).

Nous parions récemment de l’importance pour les citadins de se réapproprier la ville, notamment par le hacking urbain. Outings Project nous offre un nouvelle solution plein de charme et de poésie.  

La galerie d'outings

La prairie du projet Chapelle International – droits : SNCF

Crédits photos: Julien de Casabianca – Outings Project

Par Céline Beaufils 

Enregistrer

Ces articles peuvent vous intéresser

Economie

Zero Waste? Yes we can!

3 minutes Pour manger un biscuit, il faut souvent en passer par l’épreuve des poupées russes: on ouvre un premier emballage, le carton, puis un deuxième, le plastique, puis au fond du troisième,

Urbanisme & Mobilité

Livrer et délivrer la ville

5 minutes Le jour, la nuit… Nos villes sont le théâtre d’un ballet permanent dont on ne parle quasiment jamais. Absolument vital, ce ballet est paradoxalement la source de nombreux désagréments dont

Ne loupez aucun de nos articles !